LaForge Facebook de LaForge Au fil des jours

Acte 15, 2014-2018

Habiter un bord de monde ? Un camp de réfugié·e·s palestinien·ne·s, en Palestine ?

Habiter un camp de réfugié·e·s dans son propre pays ? Tenter de faire entendre ici, où nous sommes, la parole de ces femmes et de ces hommes.

La démarche s’enclenche, en 2010, par la rencontre à La Forge à Molliens-au-Bois, de palestiniennes invitées en France par l’AJPF pour la Journée internationale des Droits des femmes du 8 mars. L’AJPF est l’Association pour le Jumelage entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises-co-présidée par Fernand Tuil de Montataire et Ahmed Muhaisen de Dheisheh. En 2011, l’AJPF, avec une Délégation d’élus, et autres, conduit La Forge en Palestine.

Fernand Tuil aide La Forge à engager ce parcours à partir des villes de l’Agglomération creilloise…

Pour nous rendre en Palestine, dans des camps, nous passons par les villes de l’Agglomération creilloise, dans l’Oise, Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise, Villers Saint Paul, villes jumelées avec des camps palestiniens : Qadoura (Ramallah), Dheisheh, Aïda (Bethléem), Al Maghazi (Gaza) auxquels se sont ajoutés Al Amari (Ramallah), Al Arroub (Hébron), Askar (Naplouse).

Après un premier pas, un premier échange depuis le Secours Populaire de Bobigny se multiplient des voyages (avec l’AJPF, avec l’APDS Palestine Droits et solidarité et Diwan Voyages), des rencontres et des résidences d’auteur·e·s dans des camps :

Aïda, et NOOR-Women Empowerment Group et Society For Disabled et notre correspondante Islam Abu Ouda, camp jumelé avec Nogent sur Oise. Résidences d’Olivia Gay puis de Marie Claude Quignon.

Dheisheh, jumelé avec Montataire et notre correspondante Mariana Fararjeh, Résidence d’Alex Jordan

El Maghazi, jumelé avec Villers Saint Paul et son Comité populaire, et notre correspondante Najma Fare, camp.

Qadoura, jumelé avec la ville de Creil et son Centre de jeunesse, et notre correspondant Omar Hayek. Résidences de Marie Claude Quignon, puis de Denis Lachaud, et en fin d’Olivia Gay. Production de « Regards croisés », cinématographiques avec Agnès Van Bellegem, professeur Lycée Uhry Creil et Valérie Mochi Uttscheid.

Auquels se sont ajoutés les camps :

Al Amari, avec le Secours populaire de Bobigny et l’APDS Association Palestine Droits et solidarité, avec Anne Marie Bertrand-Boissonade.

Al Arroub, et notre correspondante Jehan Badwi, avec le Comité Orlysien de Solidarité avec le Peuple Palestinien, avec Florence Lecervoisier.

Askar (nouvel), avec le Centre Developpement Social, et notre correspondante Dima Sairafi, avec l’association Amitié Lille Naplouse. Résidence de Marie Claude Quignon. Et en France, des palestinien·ne·s réfugié·e·s : Lolwa El Sarraj, Yaser et Mohammad Jamous de Refugees Of Rap… Ou en délégation dans la ville jumelée : Omar, Alaa, Ayah, Mohamad, Khaled de Qadoura, Jehan d’Al Arroub.

 

Productions


2 Juil 2021
Camps palestiniens, UN BORD DE MONDE (le livre)
82 pages 16,5 x 31 cm Avec l'ajout : Chronique du cheminement

Coéditions  Helvétius – La Forge 2021


23 Mai 2017
Printemps Palestiniens de l’Agglomération Creilloise
À Montataire en 2015, et à Creil en 2017 Non réalisé, non réalisable, à Nogent sur Oise, à Villers Saint […]


Les réfugiées palestiniennes,
p
as de Place pour Elles,

pour les Autorités des Villes comme des Camps :

– Chants des femmes réfugiées,
La volonté de travailler les chants emblématiques des villages d’origine, traditionnellement chantés par les femmes réfugiées, vient de l’Université d’Al Quds (voyage 2015). Pour ce faire, La Forge sollicite, à Creil le Choeur C4 et Valéry Thuet, à Nogent sur Oise le Conservatoire, le Studio son. Volonté irréalisable.

– Place aux Réfugiées palestiniennes, la fin
En 2017, pour la dernière étape de ce Bord de Monde, compte-tenu des expériences précédentes, dans les camps, La Forge fait le choix de faire Place aux Femmes, avec, ici, Femmes solidaires et Hygie -Association de soutien aux femmes atteintes d’un cancer du sein (Montataire) et, là-bas le Groupe d’autonomisation des femmes du Centre culturel Ibdaa (Dheisheh). Ce choix, cette volonté engendre une rupture brutale : le Maire, les autorités de la ville, sans doute/sûrement avec celles du camp, nous ordonnent de nous « détacher de l’existence de (leur) jumelage ».

Fin forcée de ce Bord de Monde, inabouti !