LaForge Facebook de LaForge Au fil des jours



Démarche : Le faire de La Forge ?

Sur nos hommes…. Faisons des pancartes

Retrouvailles avec Marie-Françoise et Micheline, 1re session

[- Flash-back créatif, un retour en arrière, vers le parcours Des objets de réderie au fées diverses, pour aller de l’avant avec le film de Pierre Boutillier. Écrit de Denis Lachaud. À la Bibliothèque de Friville-Escarbotin, le 26 janvier 2024 -]

Nous retrouvons deux femmes du groupe avec lequel nous avons, il y a quinze ans, produit les Chaises en crochet sucré, le roman-photo intitulé Franky et finalement, Fées diverses, le livre qui rend compte de ces travaux collaboratifs.

FRANÇOIS – La cheffe d’orchestre, c’est Valérie.
VALÉRIE – Déjà j’ai amené le café.
MARIE-FRANÇOISE – J’ai apporté des chenilles porte-bonheur.
DENIS – Toujours le crochet…
MARIE-FRANÇOISE – Toujours.
VALÉRIE – On va faire du crochet à nouveau. Il y aura une expo à Ault.

Marie-Françoise a étalé sur la table une dizaine de chenilles en laine et nous propose d’en choisir une chacun.e.

VALÉRIE – Le groupe s’est beaucoup réduit.
MARIE-FRANÇOISE – Oh oui, on était une quinzaine.
MICHELINE – On ne voit plus personne.
MARIE-FRANÇOISE – Dans le temps on se rassemblait une fois par semaine, maintenant j’ai mes cinq petits-enfants, ça prend mon temps.
PIERRE – Vous êtes de Friville ?
MICHELINE – Oui.
MARIE-FRANÇOISE – Moi d’Escarbotin.

Nous retrouvons Marie-Françoise et Micheline dans le cadre du film que Pierre projette de faire à l’occasion des trente ans de la Forge. Nous recontactons les différents groupes de personnes avec lesquels nous avons travaillé tout au long de notre parcours. Mais plutôt que d’échanger sur un ton nostalgique à propos du passé, nous proposons un nouveau projet commun qui permettra à la parole de circuler librement.

VALÉRIE -Pour l’expo on a eu l’idée de broder des messages sur des pancartes, des messages sur la condition des dames.
DENIS – On va organiser une manif ?
VALÉRIE – Ce serait bien. J’ai apporté de la dentelle pour faire les fonds. Vous croyez qu’on peut broder dessus ?
MARIE-FRANÇOISE – On peut tout faire.
VALÉRIE – Il faut des pancartes assez grandes.
MARIE-CLAUDE – Pas trop grandes pour l’extérieur.
DENIS – On pourrait agrafer la dentelle sur un cadre en bois, le vent passerait à travers.
MARIE-FRANÇOISE – Il faut tendre la dentelle avant de travailler. Ce sera plus facile à broder.
MARIE-CLAUDE – Et qu’est-ce qu’on écrit ? Qu’est-ce qu’on va dire ?
MICHELINE – “Les hommes au boulot, les femmes au bistrot.“
DENIS – Ça rime.
MARIE-FRANÇOISE – “Quand t’es jeune t’es amoureuse, tu vois rien d’autre.“ Mon fils pareil. Il était amoureux, il ne fallait rien dire. Un an après, tout était cassé.
MICHELINE – “T’es trop content pour que ça dure longtemps“.
VALÉRIE – Ça rime encore.

Nous ne nous sommes pas vus depuis longtemps et pourtant, il a suffi de quelques minutes pour que le lien se recrée. Comme on dit, c’est comme si on s’était quittés la semaine dernière.

MARIE-CLAUDE – Moi je veux bien faire les cadres, je suis équipée.
On peut en faire trois par coupon de dentelle je pense.
VALÉRIE – Ça serait quand même sympa si ça finissait en dentelle autour. On va réfléchir.
MAIRE-CLAUDE – Moi j’ai trouvé un slogan en venant, dans la voiture : “Le mien c’est une perle“.
MARIE-FRANÇOISE – Si tu as trouvé une perle garde-le.
VALÉRIE – Ça ne va pas être facile de broder sur ce tissu extensible.
MARIE-FRANÇOISE – S’il n’est pas tendu on n’y arrivera pas.
VALÉRIE – Mieux vaut utiliser les autres. Ce blanc-là, il est plus rigide.
MARIE-FRANÇOISE – On peut aussi faire des pancartes plus petites.
VALÉRIE – Alors il faut des textes courts pour les plus petites. Parce qu’on va broder en gros caractères. Il faut que ce soit lisible.
MARIE-CLAUDE – “Cours toujours.“
MICHELINE – “Va te faire voir.“
VALÉRIE – Un peu violent peut-être.

Il y a quinze ans, le groupe de femmes avait déjà décidé de centrer le roman-photo sur les rapports avec les hommes.

VALÉRIE – Tu prendrais quelle technique, toi, pour broder du texte ?
MARIE-FRANÇOISE – Des points brodés à l’aiguille, comme on a fait pour le titre du livre.
VALÉRIE C’est beau la transparence.
MARIE-FRANÇOISE – C’est beau la transparence, mais derrière tu vas voir tous les défauts.
DENIS – On verra le travail, derrière. On a tendance à toujours effacer les traces du travail.
VALÉRIE – On peut coudre de la chaînette aussi.
MARIE-CLAUDE – Comme sur les chaises tricotées.
VALÉRIE – Tu veux y aller comme ça ?
MARIE-FRANÇOISE – Si ça ne va pas on démontera.

Quelques minutes plus tard :

MARIE-CLAUDE – C’est trop fin, pas lisible.
MARIE-FRANÇOISE – Il faut de la grosse laine pour faire la chaînette.
VALÉRIE – On va faire ça la prochaine fois.
MARIE-CLAUDE – On peut aussi broder sur un torchon.
VALÉRIE – “Le torchon brûle“.

On se revoit le mois prochain. Et l’ouvrage commun sera vraiment mis en chantier.